Stéphanie Ledu et Delphine Vaufrey (Illustrations), Dernière modification le 26 octobre 2020, à 16:38, Union internationale pour la conservation de la nature, Comité sur la situation des espèces en péril au Canada, Fiches d'information sur les mammifères : L'ours blanc, BBC - Science & Nature - Wildfacts - Polar bear, http://pbsg.npolar.no/export/sites/pbsg/en/docs/PBSG13proc.pdf, http://pbsg.npolar.no/export/sites/pbsg/en/docs/PBSG14proc.pdf, https://portals.iucn.org/library/node/47667. � plus de 30 km ou la pr�sence d�un abri de phoques sous un m�tre de glace Grace à son grand estomac, capable de contenir 70 Kg de viande, il peut "stoker" de la nourriture et n'a pas à renoncer à toute autre proie se présentant à lui. en dernier. Il n�en d�vore d�abord que la graisse et les intestins, consommant la viande Les premiers signes de déclin ont été observés dans les zones les plus méridionales de son implantation, comme la Baie d'Hudson, et selon une étude publiée en 2016, aucun refuge de l'ours blanc n'est désormais à l'abri des effets du changement climatique. La couleur de sa fourrure lui sert de camouflage dans son environnement neigeux. En L'ours blanc est sur la liste rouge des espèces menacées de l'UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature). Ces observations sont cohérentes avec les prédictions liées aux changements causés par le réchauffement climatique[53]. En mai 2007, une proposition de loi a été présentée au Congrès[61] pour annuler la décision de 1994 et interdire l'importation des trophées[62]. En 1994, les États-Unis modifièrent le Marine Mammal Protection Act pour permettre l'importation de trophées d'ours blancs et préparer le terrain à une éventuelle augmentation de la chasse. Les mâles adultes pèsent généralement entre 400 et 600 kg mais peuvent parfois atteindre les 800 kg pour une taille de 2 à 3 m de long[7]. Les ours blancs trouvent leur nourriture la plus riche sur la banquise située à l'aplomb des plateaux continentaux, en marge des côtes. L'une des plus célèbres représentations artistiques de l' Ours blanc (Pompon) est sans conteste la sculpture en taille réelle effectuée par François Pompon en 1922, où l'artiste, dans un style devenu sa marque de fabrique, représente un ours légèrement stylisé et aux pattes disproportionnées, ce qui lui donne une saisissante impression de vie. L'ours passe environ 12 heures par jour à le traquer ! Les jeunes prennent leur indépendance tardivement, car l'ourse s'occupe de toute leur éducation, leur apprenant la chasse et le choix d'une tanière. en �t�. L'Union internationale pour la conservation de la nature UICN estime la population d'ours blancs à environ 26 000 individus[3]. Elle interdit aussi l'importation de « trophées » d'ours blancs aux États-Unis[54]. Mais son avenir d�pend de la protection du milieu arctique en g�n�ral. Le pelage de l'ours blanc lui offre un excellent camouflage. En 1993, Coca-Cola a abondamment utilisé l'image d'un ours blanc pour une de ses campagnes de publicité[83], mais l'ours y était montré avec des manchots, alors que ces animaux antarctiques vivent naturellement dans des régions opposées. En réalité, les poils ne sont pas pigmentés en blanc : ils sont non pigmentés, donc incolores, translucides et creux, c'est la réflexion de la lumière visible sur la surface interne de ces poils creux qui les fait apparaître blancs[12]. Celle-ci, faite de poils creux et transparents, pourrait être comparée à une sorte de serre laissant pénétrer la lumière ensuite absorbée par la lumière par la peau noire de l'animal, le noir étant la couleur qui capte le mieux les radiations solaires. Les matières toxiques répandues dans la mer sont consommées par le phytoplancton, puis le zooplancton, qui sont à leur tour consommés par les poissons, qui sont eux-mêmes mangés par les phoques, ces derniers étant la proie des ours. La femelle choisit avec soin l'emplacement de la tanière où elle mettra ses petits au monde. sauvages. : le m�le fait 500 kg et la femelle 350 kg. Cet ours blanc particulièrement imposant est considéré comme le chef des ours blancs. Deux espèces de phoques constituent l'essentiel de son régime : Phoca hispida, qui atteint 60 kg, l'espèce la plus nombreuse en Arctique et formant sa proie principale, et Erignathus barbatus, pouvant dépasser 400 kg. Les scientifiques ont baptisé l'ours blanc, celui-ci se répartit sur cinq pays: le Canada, les Etats-Unis, l'Alaska, le Danemark avec le Groenland, la Norvège, Wrangel. Une caractéristique intéressante de sa fourrure est qu'elle absorbe les rayons violets et ultraviolets, c'est pourquoi elle a souvent des reflets jaunâtres. De même concernant le requin du Groenland, puisque des restes d'ours ont également été trouvés dans son estomac, même si les scientifiques optent pour un comportement de charognard du requin, qui aurait pareillement trouvé la carcasse de l'ours dans l'eau. Cette espèce vit uniquement sur la banquise autour du pôle Nord, au bord de l'océan Arctique. Une fois à terre, il entre alors en « hibernation itinérante » : bien que restant en activité, son métabolisme ralentit sensiblement, permettant ainsi d'économiser énergie et réserves. Jusqu'à 40 ans en captivité. Un Tunnel, qu'elle pourra boucher avec de la neige conduit à une cavité plus vaste... mais pas trop car elle ne sera chauffée que par la chaleur dégagée par son propre corps. il avale aussi les �ufs, charognes comme les cadavres de baleine qu�il rep�re On suppose que cela est une forme d'attrait pour les femelles, à la manière de la crinière du lion[19]. Un poids d’une tonne a déjà été rapporté pour un ours de l’île Kodiak. En novembre, elle pesait 92 kg, mais au mois d'août, elle a été pesée à 505 kg. Ils peuvent sans problème être plus rapides qu'un homme à la course. L'OURS POLAIRE ou OURS BLANC L'ours polaire, ou ours blanc est le plus grand et le plus fort des animaux d'Artique. 40000. blanc est parfaitement adapt� � la vie arctique . Son �paisse fourrure le L’ours blanc. Il lui arrive �galement de manger divers v�g�taux, des baies environ 25 ans en liberté. « risque faible, dépendant des efforts de conservation ». en �t�. Hauteur : 1.60m. Bien que son rythme cardiaque passe de 70 à 8 battement par minute, l'ours blanc ne perd pas totalement conscience, n'abaisse pas la température de son corps et peut se réveiller très rapidement en cas de nécessité. Puissant et Par le passé, des explorateurs de l'Arctique se sont souvent empoisonnés en mangeant le foie d'un ours blanc, en raison d'une hypervitaminose A. Les oursons en revanche sont plus vulnérables à la prédation, notamment par des loups ou renards arctiques. pour la femelle, de 2 à 2,50 m. Répartition: pole nord, sur les côtes de l'Arctique. Régime alimentaire: Essentiellement des phoques. Un ours blanc adulte n'a pas de prédateurs naturels : seul l'orque pourrait être une menace pour lui, mais il n'y a jamais eu d'observation d'une ou plusieurs orques tuant un ours blanc, seulement des spéculations concernant les restes trouvés dans des estomacs d'orques, mais sans que l'on sache s'il s'agit du produit d'une chasse ou de prélèvements opportunistes après le croisement d'un cadavre d'ours dérivant en mer. La température finira par atteindre 0°C, une performance quand il fait -30°C à l'extérieur. La femelle peut jeûner près de huit mois avant de mettre bas ses petits, habituellement deux oursons pesant entre 600 et 700 g. Elle retourne ensuite rapidement sur la banquise pour chasser le phoque, sa nourriture favorite, ou attraper du poisson. modifications des frontières territoriales ; accroissement des interactions avec l'homme ; la réduction du manteau de glace crée un meilleur habitat pour les phoques, principale nourriture des ours, qui peuvent ainsi mieux se protéger ; moins de glace signifie plus d'ensoleillement de la mer, donc de phytoplancton, ce qui augmente les sources d'autres nourritures ; Olga Vassilieva-Codognet, « "Plus blans que flours de lis" : Blanchart l’ours blanc de. L'année suivante vit la création de l'International Agreement on the Conservation of Polar Bears (Traité international sur la conservation des ours polaires, également connu sous le nom d'Accord d'Oslo)[55], signé par les 5 nations dont les territoires arctiques sont habités par cette espèce : États-Unis, Canada, Norvège, Danemark (via le Groenland) et Russie (à l'époque encore l'URSS). long et 25 cm de large. La mère n'emmène ses petits hors de la tanière que lorsqu'ils sont âgés de 3 à 4 mois ; c'est à ce moment qu'ils découvrent le monde qui les entoure. Du point de vue de l'ascendance, définir l'ensemble des ours bruns comme un groupe génétique (un taxon monophylétique) séparé des ours blancs ne semble alors plus pertinent. L�ours Lisette P. Waits, Sandra L. Talbot, R.H. Ward and G. F. Shields, «. L'ours doit tuer un phoque au moin tous les cinq ou six jours pour maintenir son poids. En 2016, « Tous les refuges de l'Arctique sont en fait maintenant sur le déclin, selon un examen détaillé des données satellitaires » et « dans tous ces refuges, les chercheurs ont constaté une tendance à un recul printanier plus précoce de la glace de mer et à une formation de glace plus tardive en automne ». Les sous-populations suivantes font partie des plus connues : Parmi ces sous-populations, treize sont présentes au Canada, totalisant environ 15 000 individus en 2007[31]. Ceci s'explique par l'accumulation des graisses de phoque qui sont mangées au printemps[9]. : l�ours blanc est d�sormais prot�g� dans tous Ces extrémités d'une taille réduite lui permettent également de réduire les pertes de chaleur. Sa fourrure est si isolante qu'il lui arrive de souffrir de la chaleur. C'est ainsi que les ours blancs emmagasineraient les substances toxiques accumulées dans l'organisme d'animaux qui constituent leur chaine alimentaire. Si les hybrides étaient infertiles on pourrait parler assurément d'espèces différentes mais à contrario la fertilité des hybrides ne permet pas de conclure car l'infertilité n'est pas une nécessité. l�attaquer, il la dissimule sous l�une de ses pattes. Puisqu'il trône au sommet de la chaîne alimentaire, et bien qu'il soit souvent éloigné des sites industriels, l'ours blanc est particulièrement sensible aux divers polluants - pesticides, plomb, mercure... - qui se concentrent dans tous les organismes, du plancton aux mammifères marins en passant par les poissons. La chasse à l'ours blanc est pratiquée par les Inuits et les chasseurs de trophées. En effet l'animal reste capable d'adaptation, et, si son milieu naturel est dans une situation très tendue, particulièrement au regard de la lutte contre la pollution et de la sauvegarde de la biodiversité, les efforts dans le cadre de la coopération internationale restent le meilleur allié de l'ours blanc[67]. Leur période de chasse sur la banquise raccourcit, d'où un jeûne plus long. L'ours blanc a des prises de poids assez spectaculaires. Les lèvres, le nez, la langue et ses coussinets sont bleu noirâtre. Son métabolisme ne lui permet pas de survivre sans glace d'une part[50] et d'autre part les phoques peuvent de plus en plus facilement, de par le recul de la banquise, reprendre leur respiration hors d'atteinte de ce prédateur[51].